Cédric Villani lors de son meeting au Trianon

En meeting au Trianon, Cédric Villani développe ses propositions

L’ancien mathématicien et candidat à la mairie de Paris Cédric Villani a réuni plus de 800 personnes au Trianon pour son premier meeting depuis l’annonce de ses chefs de file.

Depuis plusieurs mois, Cédric Villani a élaboré son projet avec des citoyens et des experts dans le cadre des ateliers de la Fabrique du Nouveau Paris. Mercredi 11 décembre 2019, l’heure était à la restitution et à la conquête pour un grand meeting de campagne. Malgré les grèves dans les transports, plus de 800 personnes étaient réunies au théâtre du Trianon.

« Un meeting qui se tient en plein mouvement social, le jour des annonces du premier ministre, alors que tout Paris est bloqué, est-ce raisonnable ? Non ! » a ainsi commencé Cédric Villani. « Est-ce que nous aurions dû l’annuler ? Non ! Nous savions bien que ce meeting se tiendrait, qu’il pleuve ou qu’il vente » a-t-il continué afin d’insister sur sa détermination.

17 chefs de file pour construire le Nouveau Paris

Les 17 chefs de file de Cédric Villani pour les élections municipales de mars 2020 ont lancé le meeting. Chacun a exposé le point central de son projet. Pour Catherine Kratz, cheffe de file dans le 16ème, la question de la reconquête du bois de Boulogne constituera une priorité. De son côté, la députée Paula Forteza, cheffe de file dans le 19e, a insisté sur les enjeux liés à la participation citoyenne tandis que Hanane Abdelli (5e) se focalisait sur les cantines parisiennes.

La complémentarité des personnalités qui porteront le projet de Cédric Villani a été soulignée par le candidat lui-même. « Nos chefs de file incarnent l’alternance profonde et véritable, celle de la société civile, et non cette auberge espagnole qui irait de la Manif pour Tous à la gauche socialiste » a ainsi déclaré Cédric Villani, en faisant ouvertement référence au processus de désignation des têtes de liste de Benjamin Griveaux.

L’extension de Paris au coeur du programme de Cédric Villani

Durant ce meeting, Cédric Villani a dressé le bilan de ces premiers mois de campagne et ironisé sur certaines polémiques : « J’ai arpenté les marchés, les hôpitaux, les salles de culture, les écoles, les réunions associatives, les boîtes de nuit, les hôpitaux de jour, et même les gradins du célèbre Parc Saint-Germain, pardon Parc des Princes, sûrement plein à l’heure où je vous parle »

Le candidat à la Mairie de Paris a surtout égrené ses propositions sur l’écologie, la sécurité, le logement ou encore les déplacements. C’est le projet d’extension de Paris qui semble avoir suscité le plus d’enthousiasme dans la salle : « Paris doit contribuer au développement des villes qui l’entourent et qui seront demain je l’espère, et je m’engage fermement à y travailler, des nouveaux arrondissements de notre capitale ».

Cédric Villani a ensuite poursuivi : « C’est pourquoi j’ai proposé de cofinancer des projets d’investissements pour renforcer les services publics locaux dans les communes limitrophes de Paris. Maisons d’assistantes maternelles, les crèches, les écoles, les collèges, les commerces de proximité, l’accès à la culture, les espaces verts, les pistes cyclables – quand tous ces services seront bien développés, le logement en Couronne ne sera plus vécu comme un pis-aller, et nous pourrons considérer ces villes comme les futurs quartiers d’un Nouveau Paris, comme Belleville, Grenelle, la Villette ou Vaugirard le sont aujourd’hui après l’extension de Paris en 1860 ».

Cédric Villani critique le bilan de Anne Hidalgo

Cédric Villani a par ailleurs vivement critiqué le bilan de l’actuelle Maire de Paris en matière de propreté, de sécurité ou encore d’écologie. C’est cependant sur la question du logement que l’ancien mathématicien s’est montré le plus virulent. « La Maire de Paris n’a pas construit 10 000 logements par an comme elle s’y était engagée. En 2018, seulement 446 logements neufs ont été livrés à Paris. Vous avez bien entendu 446 » a-t-il expliqué avant de poursuivre : « Qu’a fait, en vérité, la majorité dite « de gauche » face à cette situation ? Il y a quelques semaines, la maire sortante nous expliquait qu’elle n’y pouvait rien, que c’était la loi du marché. En six ans, nous sommes passés des belles promesses à la plus terne des résignations ».

Une main tendue aux écologistes, au MoDem et à Pierre-Yves Bournazel

À la tribune, Cédric Villani a également pris soin de tendre la main à plusieurs alliés potentiels : « Ce soir, j’en appelle à tous ceux qui se retrouveront dans cet esprit de liberté et de progrès. Sans cynisme, sans fatalisme ».

Le candidat à la Mairie de Paris s’est ainsi tourné vers le MoDem et « sa tradition humaniste », vers les écologistes et leur « culture démocratique chevillée au corps », vers les amis de Pierre-Yves Bournazel et leur « intransigeante liberté » ainsi que vers les marcheurs et vers les décus d’Anne Hidalgo.

Ma démarche est la seule qui permettra de porter une ambition éco-progressiste à l’Hôtel de Ville en 2020 a alors lancé le candidat avant de conclure : « Certains partent à l’assaut sous le signe du verrouillage ou du management par la peur. Ils vous diront que je suis fou ou que ma démarche ne peut aboutir. Mais, mes chers amis, la vraie folie, ce serait de rejouer la même pièce, avec les mêmes acteurs et d’espérer que la chute soit différente ! La vraie folie, ce serait de choisir le conformisme et d’espérer le changement. »

Retrouvez le discours de Cédric Villani au Trianon

JE SOUTIENS LA CAMPAGNE DE CÉDRIC VILLANI

Faites un don pour financer la campagne de Cédric Villani

Je fais un don