Interview de Cédric Villani dans les Echos

Dans une interview aux Echos parue ce mercredi 2 octobre, Cédric Villani revient sur son début de campagne. Sondages, finances de la ville, impôts locaux, axes budgétaires, le candidat à la Mairie de Paris donne les axes économiques clés de la prochaine mandature.

« Tout est en route aujourd’hui ». Cédric Villani a réuni les ressources nécessaires pour mener la campagne municipale à Paris. Les comités d’arrondissements sont prêts, ce qui va permettre aux équipes de se déployer sur le terrain. « Une entrée à 15% dans ces premiers sondages, sans soutien d’un parti, est inédite pour cette élection ».

Interrogé sur les finances de la ville, Cédric Villani ne peut qu’aller dans le sens de la Chambre Régionale des comptes qui alerte sur la dégradation des finances de la capitale dont la dette a doublé en six ans. Cédric Villani ambitionne donc de dégager des marges de manœuvre sur le fonctionnement afin de pouvoir financer ses priorités d’investissements : la transition écologique et l’amélioration du quotidien des parisiens.

Sur le sujet de la fiscalité, Cédric Villani se veut prudent même si le sujet des résidences secondaires devra faire exception. Il proposera donc par amendement au PLF 2020 de déplafonner la surtaxe sur les résidences secondaires pour ne pas la limiter à 60 %. Il faudra également revoir certains contre les artifices comptables de la mairie actuelle, dont les loyers capitalisés qui s’approchent des 220 millions d’euros par an. Enfin un audit de ma chambre régionale sera demandé par Cédric Villani car les cessions d’actifs pour équilibrer le budget (200 millions l’an passé) ne pourront durer indéfiniment.

Cédric Villani aura par ailleurs plusieurs priorités budgétaires : restructuration et efficacité sur la masse salariale, qui permettront un gain de 2100 emplois équivalent temps plein par la loi Dussopt. Tout ceci se fera sans oublier l’importance de la productivité, du bien-être, de l’absentéisme et du dialogue social.

Découvrez l’interview aux Echos en intégralité