Lettre 14

Lettre de Cédric Villani aux habitants du 14e

C’est tout près, dans le 5e arrondissement, que j’ai commencé ma carrière scientifique, il y a près de trente ans, et que j’ai dirigé l’Institut Henri-Poincaré. La vie m’a également mené à Lyon, à Orsay, à la Commission européenne et dans les universités du monde entier, mais mon pôle magnétique est à Paris.

Et c’est ici, dans le 14e, tout près du cimetière du Montparnasse, que j’ai choisi de m’installer après mon élection à l’Assemblée nationale. Tradition culturelle, villages accueillants, sensibilité écologique : l’arrondissement de François Arago, de Kiki de Montparnasse, de Renaud et d’Agnès Varda a tout pour me séduire.

Cette fin de campagne municipale parisienne, je la consacre entièrement au 14e. Ce sera le terrain de ma vie et de mon engagement pour les années à venir.

Fils d’enseignants, j’aime passionnément transmettre. Père de deux enfants, je commence toujours par me poser la question de ce que nous bâtissons pour eux. Ces principes me guident au quotidien.

Le 14e réclame une organisation rationnelle et apaisée, à l’opposé de la circulation étouffante de l’avenue du Général-Leclerc et des pistes cyclables erratiques, trop souvent réduites à quelques maigres signes sur une voie en contresens.

Le 14e a besoin qu’on soutienne l’éducation de ses enfants. À deux pas de l’Observatoire, de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, de la Société des Gens de Lettres, de la Cité universitaire et de leurs richesses scientifiques, artistiques et culturelles ouvertes sur le monde entier, comment accepter que nos jeunes élèves du lycée François-Villon ou du collège Giacometti manquent de perspectives ?

Le 14e sera le terrain de ma vie et de mon engagement pour les années à venir

Le 14e veut que sa tradition écologique produise des actes. Pour notre bien-être et celui de notre planète, nous devons y favoriser l’accès aux jardins, développer une trame verte, réserver des places de parking pour dégager les rues, lutter contre la pollution invasive. Il nous faut revoir en urgence tous les plans d’urbanisme délirants, pris avec la complicité des Verts de l’arrondissement, qui visent en réalité à détruire des espaces verts ! Comment accepter un immeuble de 8 étages sur le site unique du Jardin des Sœurs Franciscaines, impasse Reille ? ou 600 logements qui doublent la densité du site de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul ?

Le 14e a une forte tradition associative. Alors pourquoi y tolérer plus longtemps le défaut de consultation qui y règne depuis des années, tous ces projets hâtivement ficelés, ces concertations factices organisées après des décisions absurdes ?

Un exemple : la suppression des feux tricolores à Pernety, à deux pas d’un centre de formation de jeunes non-voyants !

Le 14e est un arrondissement fracturé, et la crise du Covid a cruellement souligné ces inégalités sociales. Nous avons pour devoir de développer en urgence l’économie locale, les équipements numériques et les commerces de proximité, particulièrement dans le sud de l’arrondissement.

Depuis 2001, la majorité actuelle tient les rênes de notre arrondissement qui reste à la traîne des décisions et des investissements de la mairie centrale. Le 14e mérite son renouveau démocratique, son nouveau souffle écologique, son grand projet de solidarité. Les sciences et la culture doivent y participer pleinement au projet de la société. C’est pourquoi j’ai choisi d’y maintenir ma candidature, indépendante, au service des Quatorziennes et des Quatorziens, loin des logiques de partis.

Je consacrerai toute mon énergie et mon expérience à ce renouveau, à la mairie du 14e comme au conseil de Paris. Comptez sur mon engagement constant à vos côtés.

JE SOUTIENS LA CAMPAGNE DE CÉDRIC VILLANI

Faites un don pour financer la campagne de Cédric Villani

Je fais un don