Une ville solidaire, ouverte et inclusive

Paris est une ville traversée de murs invisibles. Ni la  pauvreté, ni la grande exclusion n’ont disparu d’une ville qui est pourtant l’une des plus riches du monde : près de 350 000  Parisiennes et Parisiens vivent sous le seuil de pauvreté. Plus grave encore, le nombre de personnes qui vivent à la rue ne cesse de progresser, et parmi elles des familles avec des jeunes enfants. Le 20 novembre dernier, lors du 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, 700 enfants dormaient à la rue à Paris, alors que leur mise à l’abri est de la compétence exclusive du maire de Paris.

Malgré des progrès, Paris n’est pas une ville accueillante pour les personnes en situation de handicap. L’état des trottoirs, les travaux réalisés à la hâte, de façon désordonnée, les trottinettes et vélos garés n’importe où, faute d’une réelle volonté de régulation, n’ont pas facilité la vie des personnes à mobilité réduite.

Alors que Paris est devenu une ville dure, stressante, bruyante, encombrée, je veux construire avec vous une ville douce, apaisée, qui bénéficiera à tous et en premier lieu aux plus fragiles d’entre nous.

Le programme complet de Cédric Villani

Découvrez les 16 chapitres du programme de Cédric Villani

Une ville plus inclusive

Je veux créer à Paris un réseau de navettes sur commande, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Leur circuit s’adaptera en temps réel aux demandes des usagers, grâce à une application. Elles seront accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Je veux permettre aux personnes les plus âgées de continuer à vivre à domicile, si elles le souhaitent, grâce à des lieux de vie, installés en pied d’immeuble dans chaque quartier. Ces lieux, « Bien dans mon quartier », permettront de mieux coordonner les services de soin et d’aide à domicile, d’apporter aux personnes âgées de nouveaux services, et de renforcer la vie sociale du quartier, pour lutter contre l’isolement.

Mieux accompagner les plus fragiles

Pour trouver des solutions au problème du sans-abrisme, je mettrai en place un plan Un logement d'abord. 3000 logements du parc social seront réservés aux personnes vivant dans la rue (1% du parc). Ces personnes feront l'objet d'un accompagnement social et médical.

Après concertation avec les départements limitrophes, je fusionnerai les plateformes du numéro 115 qui orientent les personnes à la rue vers l’hébergement d’urgence et j’augmenterai le nombre d’agents qui y travaillent.

La responsabilité de la coordination des services sociaux ne doit pas reposer sur les personnes en insertion : je regrouperai les services sociaux au sein de Maisons des solidarités qui proposeront aux personnes les plus fragiles un guichet unique et un accompagnement global.

Je dynamiserai l’accès à l’emploi et à la formation des bénéficiaires du RSA, à chaque fois que c’est possible. Je renforcerai les aides de transport et de garde d’enfant pour ceux qui reprennent un emploi.

Après concertation avec les départements limitrophes, je fusionnerai les plateformes du numéro 115 qui orientent les personnes à la rue vers l’hébergement d’urgence et j’augmenterai le nombre d’agents qui y travaillent.